CECI n'est pas EXECUTE Du village aux nouvelles ruralités

Ateliers thématiques | Les ateliers du quinquennal 2014-2018

Du village aux nouvelles ruralités

Du village aux nouvelles ruralités

Coordination : Rémy Delage et Zoé Headley

D’après les résultats préliminaires du recensement de 2011, près de trois indiens sur quatre vivent toujours en milieu rural et 58 % de la population active travaille encore dans le secteur agricole, ce même si la part des revenus agricoles est en baisse. Pourtant, si l’on parcourt le paysage de la recherche française et anglo-saxonne, tant au niveau des publications que des projets et des manifestations scientifiques, le village comme objet brille par son absence. Cette observation n’est pas neuve puisque, depuis environ une quinzaine d’années, plusieurs ouvrages collectifs constatent la disparition du « village » indien comme centre d’intérêt de la production scientifique indianiste (Racine 1994; Breman, Kloos & Saith, 1997 ; Mines & Yazgi, 2010).

S’il est certain qu’une partie d’entre nous continue à travailler dans des villages, nous ne concevons (presque) plus le village comme unité socio-spatiale signifiante. Depuis la fin des années 1950, le village a subi des assauts répétés qui ont eu raison de sa validité scientifique en tant qu’objet d’étude à part entière (Dumont & Pocock, 1957). Tantôt interprété comme une construction coloniale embarrassante (Inden, 1990), car relevant d’une vision essentialiste de la société indienne, tantôt perçu par le chercheur de terrain comme un lieu d’enquête « ennuyant » (Fuller & Spencer, 1990), ou par les politiques comme un conservatoire de pratiques sociales inadaptées à la plus grande démocratie du monde, le village semble être devenu un objet désuet ne méritant plus d’être étudié comme tel.

L’observation des transformations des espaces ruraux amène à repenser l’échelle du « village ». Celui-ci ne peut évidemment plus aujourd’hui être conçu comme un isolat ; il est traversé par des flux de personnes, de produits et d’information qui le relie quotidiennement aux espaces urbains. Dans ce contexte d’imbrication des échelles régionale, nationale, voire internationale, le rapport des individus et des groupes sociaux à leur village natal s’en trouve irrémédiablement transformé. Les études socio-économiques longitudinales ont permis d’identifier trois volets de la transformation de la société rurale indienne : la population, l’activité agricole et les opportunités de travail en dehors du village (Himanshu & Stern, 2011). Ainsi, depuis l’indépendance, l’abolition du system foncier zamindari dans les années 1950, le développement de l’irrigation et la révolution verte dans les années 1960 et 1970 et, plus récemment l’ouverture de l’économie indienne au marché international depuis le début des années 1990, ont été autant de facteurs de transformation de l’espace rural, désormais relié à toutes sortes de lieux et d’espaces.

L’ambition de cet atelier de recherche n’est autre que de ré-ouvrir le chapitre « village » au sein des sciences sociales indianistes en retraçant tout d’abord les étapes de la construction, de la disparition et de la remobilisation de cet objet d’étude. Déconstruire pour mieux repenser et formuler de nouveaux paradigmes pour l’analyse du village ou plus largement des espaces ruraux en Inde et en Asie du Sud. Trois axes de réflexions, susceptibles d’évoluer d’ici au commencement du prochain quinquennal, structureront l’activité de cet atelier de recherche :

1) La carrière de l’objet « village »

Il s’agira ici de réexaminer les conceptions du village véhiculées, de la période coloniale à nos jours, par l’administration coloniale et postcoloniale, la littérature scientifique, la littérature de voyage. Les termes vernaculaires pour qualifier le village en Inde seront également identifiés et comparés pour mieux saisir leur articulation à d’autres représentations de la localité et les modalités d’appartenance à ces catégories sociales et géographiques. Pareillement, il serait intéressant de mieux décrire l’évolution de la représentation du village à travers l’étude des programmes sociaux développés par le gouvernement indien à l’intention des zones rurales. En réinvestissant le champ des villages studies et en s’appuyant sur un ensemble de monographies et d’études du monde rural indien, nous entendons retracer l’évolution de l’objet village.

2) Le rapport au village natal : perceptions et représentations


En ce début de 21ième siècle, comment le village natal est-il perçu, vécu et représenté en Inde ? Si les études portant sur la diaspora indienne se sont accompagnées d’analyses du rapport au territoire de référence, l’Inde, peu de chercheurs s’intéressent aujourd’hui à la notion de « village natal » alors que celui-ci est doté, comme nous l’a montre Valentine Daniels (1984) pour le Tamil Nadu, d’une forte charge symbolique et affective. L’auteur a notamment montré comment une personne pouvait être reliée de manière substantielle à son sol. Comment la jeunesse actuelle, toujours implantée en milieu rural ou ayant migré en ville ou à l’étranger, se représente-t-elle son village d’origine ? Comment l’imaginaire du village, tant savant que populaire a-t-il évolué au cours du temps ? Dans un contexte de dépaysannisation croissante, voire de crise agraire observable dans certaines régions de l’Inde, la condition paysanne structure-t-elle toujours autant le champ des représentations de la société rurale ? Dans le cas de groupes d’ex-villageois émigrés en ville ou à l’étranger, quelles sont les modalités d’entretien du souvenir et de la relation au village natal ?

3) Les transformations de la société rurale


Il n’existe à ce jour que peu d’études approfondies des transformations de la société rurale indienne, de son histoire et de la composition de ses élites sociales. Dans un contexte de diversification économique, voyant notamment une multiplication des sources de revenus en milieu rural, mais aussi des opportunités d’emploi en dehors des villages, il devient important de décrire ces dynamiques qui structurent le changement social en dehors des villes, et qui affectent la majeure partie de la population indienne. En somme, quelles sont les contours de la sociologie économique actuelle des villages ? Quels sont les processus ayant présidé à l’ascension sociale de certains groupes et, plus généralement, à la transformation de la société villageoise ? Les élites rurales actuelles sont-elles si différentes aujourd’hui ? Qui sont les notables villageois ? La migration, intrarurale et rural-urbain, ainsi que l’éducation semblent être des facteurs majeurs de transformation de la société rurale. Leur analyse permettrait de mieux comprendre comment les élites rurales se reproduisent, se maintiennent ou se transforment dans un contexte de baisse de la part des revenus agricoles et d’augmentation de la pauvreté en milieu rural. Ces transformations s’accompagnent-elles de l’invention, ou non, de nouvelles figures d’autorité concurrentielles à l’échelle d’une ou plusieurs localités ? Quelle est la capacité des élites actuelles à penser et pratiquer les sauts d’échelles, du local au national ?

Etudier les transformations de la société rurale implique également de s’interroger sur les conséquences de l’introduction du libéralisme économique, des politiques de décentralisation et des programmes gouvernementaux, non seulement sur l’économie locale mais aussi sur l’espace social et politique. La dimension forcée de ces transformations serait aussi à prendre en compte à travers divers cas d’études : les travailleurs migrants, les déplacés et les dépossédés. L’analyse de nombreux programmes sociaux ciblant ce type de population permettrait alors de nourrir une problématique articulant diverses échelles de l’espace politique, des lieux centraux aux lieux secondaires de l’exercice du pouvoir.





 

EHESS
CNRS

flux rss  Actualités

Rencontre littéraire autour d'Amruta Patil

Rencontre - Mardi 27 juin 2017 - 18:00Le Diwan Wilson présente une Rencontre littéraire autour de l’artiste et écrivaine indienne Amruta Patil, auteure de trois romans graphiques.Amruta Patil sera en conversation, en anglais, avec Sneharika Roy (American University of Paris).La Rencontre littéra (...)(...)

Lire la suite

Raja Mandala : dans le cercle des rois

Colloque - Jeudi 08 juin 2017 - 09:00Ce colloque a pour objet la royauté comme paradigme des relations socio-politiques en Inde, et modèle du processus de « civilisation ».L’Inde et sa civilisation ont le plus souvent été appréhendées à travers l’institution des castes et le cadre conceptuel de (...)(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

Centre d'Études de l'Inde et de l'Asie du Sud
UMR8564 - CNRS / EHESS

Attention nouvelle adresse!
54 boulevard Raspail
75006 Paris, France

Tél. : +33 (0)1 49 54 83 94

Communication :
nadia.guerguadj[at]ehess.fr

Direction :
dir.ceias[at]ehess.fr

 

La bibliothèque du CEIAS
Maison de l'Asie
22 avenue du Président Wilson 75016 Paris

Tél. : +33 (0)1 53 70 18 78

bibinde[at]ehess.fr

 

La collection Purushartha
54 boulevard Raspail
75006 Paris, France

purushartha[at]ehess.fr