Membres | Doctorant(e)s statutaires

Julien Columeau

Doctorant(e)
Discipline : Histoire
Institution(s) de rattachement : EHESS

 

 

Directeur de thèse : Michel Boivin

École doctorale : EHESS - Histoire et civilisation

Année d’inscription : 2015

 

webpage in English

 

Le mouvement pendjabi au Pakistan de 1947 à 1963

 

Je tenterai au cours de ce travail d’analyser l’évolution ainsi que les dimensions sociales, idéologiques, linguistiques et littéraires du mouvement pendjabi au Pakistan entre 1947 et 1963. Le mouvement pendjabi s’inscrit dans la lignée des mouvements ethno-linguistiques qui se sont succédés au Pakistan après sa création, tels le mouvement bengali, le mouvement sindhi ou le mouvement siraiki, et ont eu des impacts divers.

Le mouvement pendjabi est un mouvement auquel ont participé des journalistes, poètes et écrivains nationalistes ou gauchistes qui a revendiqué l’utilisation de la langue pendjabi dans le domaine de l’éducation et de la littérature dans la province du Punjab, sans pour autant contester le rôle et l’importance de l’ourdou, qui avait été adopté (avec le bengali) comme la langue nationale du Pakistan (et était de facto la langue administrative de ses provinces Occidentales). Il a ses racines dans le mouvement qui avait pris naissance dans la deuxième décennie du XXème siècle autour du journal de Joshua Fazal-ud Din (‘Punjaabi darbaar’), qui promouvait le pendjabi dans le script ourdou, et auquel avaient participés des intellectuels de toutes les confessions. Après la partition, les activistes pendjabis du Pakistan ont fondés une revue (‘Punjaabi’), publié des articles dans des journaux comme ‘Imroz’ et fondé quelques organisations pour promouvoir le pendjabi, et leurs efforts ont culminés dans l’organisation et la tenue d’une première conférence du pendjabi à Lyallpur/Faisalabad en 1956, mais c’est en 1957, avec la création du ‘Punjabi majlis’ (‘Association pendjabie’), d’obédience marxiste (interdit en 1959), et surtout en 1960 avec la création du journal ‘Punjaabi adab’ (‘Littérature pendjabie’) et de la branche pendjabie du ‘Adabi guild’ (‘Guilde littéraire’, elle aussi interdite en 1963) que le mouvement s’est développé et a pris une forme comparable à sa forme actuelle, en dépit de la censure et des restrictions imposés par le gouvernement. Le mouvement a d’ailleurs traversé les différents régimes qui se sont succédés au Pakistan, et continue jusqu’à maintenant - sur les bases posées au début des années 60 - autour du ‘Sangat’ (‘Cercle culturel’) - de Najam Hossain Syed.

Issu d’une tendance nationaliste et conservatrice (proche du journal ‘Nawaa-e waqt’), dont Faqeer Mohd Faqeer et Maulana Saalik étaient les représentants, le mouvement pendjabi, avec l’arrivée de nouvelles recrues telles Ahmad Rahi, Shafqat Tanwir Mirza, Safdar Mir, Najam Hossain Syed, Asif Khan et Raja Risaloo, s’est rapproché idéologiquement du marxisme et a créé un champ littéraire pendjabi autonome, complètement indépendant de celui de l’ourdou auquel il était lié jusque à présent. La production écrite en pendjabi de cette époque, cristallisée en livres et revues, et alimentée par les activités des associations, a été abondante et branchée sur des domaines aussi différents que la poésie, l’histoire, la critique, le théâtre, la linguistique et la fiction. Un champ littéraire s’est ainsi créé. L’ampleur et la variété de cette production a prouvé que la langue pendjabi, si longtemps critiquée pour ses limitations, sa vulgarité, et ses liens avec le sikhisme, pouvait être le medium d’une littérature diverse, scientifique, avant-gardiste, et proprement pakistanaise. La reconnaissance dont cette langue a bénéficié pendant l’âge d’or qu’ont constitué les années 70 (Ouverture d’un département de pendjabi à l’université, création du ‘Shah Hussain college’ etc) peut être considéré comme l’aboutissement du mouvement lancé par ces militants de la première heure.

 

 

 

Dernière mise à jour le 21 novembre 2017

EHESS
CNRS

flux rss  Actualités

Genre et nations partitionnées

Colloque - Jeudi 14 décembre 2017 - 09:15Les colloque international "Genre et nations partitionnées" est organisé par Anne Castaing (CNRS/CEIAS) et Benjamin Joinau (Hongik University/CRC)La « communauté imaginée » qu’est la nation mobilise les symboles les plus archétypaux pour se représenter da (...)(...)

Lire la suite

Representing Political Representation in India

Journée(s) d'étude - Jeudi 30 novembre 2017 - 09:00La journée d'études "Representing Political Representation in India" est organisée dans le cadre du programme ANR-DFG (New) political representative claims: a global view (France, Germany, Brazil, India, China). Session I. Président : Yves Sinto (...)(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

Centre d'Études de l'Inde et de l'Asie du Sud
UMR8564 - CNRS / EHESS

Attention nouvelle adresse!
54 boulevard Raspail
75006 Paris, France

Tél. : +33 (0)1 49 54 83 94

Communication :
nadia.guerguadj[at]ehess.fr

Direction :
dir.ceias[at]ehess.fr

 

La bibliothèque du CEIAS
Maison de l'Asie
22 avenue du Président Wilson 75016 Paris

Tél. : +33 (0)1 53 70 18 79

bibinde[at]ehess.fr

 

La collection Purushartha
54 boulevard Raspail
75006 Paris, France

purushartha[at]ehess.fr