CECI n'est pas EXECUTE Traduire l’histoire et historiciser la traduction : redéfinir l’autre et soi

Les ateliers du quinquennal 2019-2023 |

Traduire l’histoire et historiciser la traduction : redéfinir l’autre et soi

Traduire l’histoire et historiciser la traduction : redéfinir l’autre et soi

Coordination : Corinne Lefèvre, Fabrizio Speziale, Ines G. Županov

 

 

Présentation

 

 

Cet atelier se propose tout à la fois comme une prolongation et une réorientation de l’atelier du précédent quinquennal « Histoires de soi, histoires des autres : questions de traduction et d’historiographie ». Il considère la traduction à la fois comme une pratique prédominante de construction et de changement des savoirs de soi et de l’Autre dans l’Asie du sud de la première modernité, et comme un prisme privilégié à travers lequel étudier les phénomènes de construction et d’hybridation intellectuelles et identitaires des réseaux de savants et de lecteurs.

La traduction observée. Nous envisageons de déconstruire et comparer les pratiques de traduction qui s’affirment dans le contexte sud-asiatique en interrogeant en premier lieu les représentations qu’en donnent leurs praticiens. En d’autres termes, quels regards les traducteurs portent-ils sur leurs pratiques et comment ces regards évoluent-il suivant les réseaux et les contextes de traduction ? Quels sont les finalités, les apories, les métadiscours de/sur la traduction et comment les attentes des lecteurs influencent-elles les styles des traducteurs ? Comment l’acte de traduire impacte-t-il les pratiques lettrées et comment celles-ci influencent-elles la production de nouvelles traductions ?

La compétition entre traductions : traduire soi et les autres. Dans l’espace multi-linguistique de l’Asie du sud, la traduction est en fait une pratique compétitive dans laquelle plusieurs langues sources et cibles, cosmopolites et vernaculaires, rivalisent suivant le contexte socio-politique dans lequel opère la traduction et l’objectif auquel elle répond : dans la plupart des exemples documentés, il s’agit soit de connaître l’autre, comme dans le cas des versions persanes des sources sanskrites, soit de se faire connaître de l’autre, comme pour les traduction réalisées par les missionnaires. D’où une question essentielle : quelles sont les asymétries ainsi que les influences réciproques entre la traduction de l’autre et la traduction de soi ?

Corollaires du multilinguisme. Quel est le rôle des langues intermédiaires en Asie du sud, compte tenu que de nombreuses traductions ne sont pas des adaptations directes à partir de la langue originale de la source ? Quelles sont les formes de continuité et de changement entre les traductions vers différentes langues de la même culture cible, comme dans la traduction des sources sanskrite vers le persan, l’arabe et l’ourdou ? Comment se construit et évolue le lexique technique et disciplinaire des savoirs traduits, et quelle est la place du multilinguisme dans ce processus ?

Traduire les disciplines. Une autre question incontournable est d’envisager les contextes disciplinaires des savoirs concernés par la traduction. La traduction est une pratique sélective qui exclue certains aspects et domaines de la représentation des savoirs de l’autre et de soi. En parallèle, la transposition d’un savoir, ou de fragments d’un savoir, dans un autre système de connaissance peut redéfinir l’inscription disciplinaire des matériaux traduits.

Aspects réflexifs. Quels sont les aspects réflexifs de la traduction ? Comment la traduction des termes et des notions de l’autre redéfinit-elle le champ conceptuel des termes de la culture cible utilisés dans la traduction, comme par exemple lorsque que le concept hindou d’avatar est traduit par la catégorie musulmane de nabi (prophète) ? De quelles façons la traduction de l’autre influence-t-elle la connaissance et la redéfinition de soi ? Réciproquement, quelles sont les réactions à ces dynamiques ?

Géographies de la traduction. Quels sont le centres, les mécènes, les réseaux des traducteurs et des lecteurs ? Quel est l’horizon de circulation des traductions produites en l’Asie du Sud ? On interrogera notamment leur impact dans d’autres régions du monde asiatique et non asiatique.

Croiser les historiographies sur la traduction en Asie du Sud. En sus de l’analyse approfondie d’une série de textes datant de la première modernité, les membres de l’atelier les examineront au regard des riches traditions philologiques du sous-continent mais aussi des approches diverses qui ont dominé l’histoire des grands chantiers de traduction dont cette région a été le site. Il est en effet nécessaire de dépasser une vision cloisonnée qui considère les différentes activités de traduction comme des phénomènes isolés, fragmentés, non connectés pour s’interroger sur les dynamiques locales, régionales et transrégionales.

EHESS
CNRS

flux rss  Actualités

Hélène Kessous lauréate du prix de thèse du musée du Quai Branly – Jacques Chirac 2019

Prix et distinctions -Hélène Kessous a soutenu sa thèse intitulée « La blancheur de la peau en Inde. Des pratiques cosmétiques à la redéfinition des identités » au sein du Centre d'études de l'Inde et de l'Asie du Sud à l’EHESS et sous la direction de Catherine Servan-Schreiber. C'est après une (...)(...)

Lire la suite

3e conférence Lévi-Strauss : "L'anthropologie et la paix universelle", par Heonik Kwon

Conférence - Jeudi 17 octobre 2019 - 17:00La conférence Lévi-Strauss sera prononcée cette année par Heonik Kwon professeur d'anthropologie au Trinity College (Université de Cambridge), et aura pour thème « L'anthropologie et la paix universelle ».Heonik Kwon (Université de Cambridge) est un anth (...)(...)

Lire la suite

Plus d'actualités

Centre d'Études de l'Inde et de l'Asie du Sud
UMR8564 - CNRS / EHESS

54 boulevard Raspail
75006 Paris, France

Tél. : +33 (0)1 49 54 83 94

Communication :
nadia.guerguadj[at]ehess.fr

Direction :
dir.ceias[at]ehess.fr

 

La bibliothèque du CEIAS
Maison de l'Asie
22 avenue du Président Wilson 75016 Paris

Tél. : +33 (0)1 53 70 18 78

bibinde[at]ehess.fr

 

La collection Purushartha
54 boulevard Raspail
75006 Paris, France

purushartha[at]ehess.fr

 

Twitter : @ceias_fr
Facebook : @ceiassouthasia